Labrador

Les gouvernements du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador souhaitent s’allier pour mettre en valeur la fosse du Labrador et prolonger la route 138 sur la Basse-Côte-Nord.

Les discussions qui ont débuté mercredi au Conseil de la fédération, à Edmonton, pourraient aboutir à une entente signée entre les deux provinces d’ici la fin de l’année, selon le premier ministre Philippe Couillard.

Les deux provinces partagent une frontière, près de Blanc-Sablon. La relation n’a pas toujours été harmonieuse entre elles ; le gouvernement terre-neuvien conteste depuis des années l’entente de Churchill Falls, qui profite largement à Hydro-Québec.

M. Couillard et son homologue Dwight Ball ont affirmé, mercredi, ne pas avoir abordé le sujet. Le dossier est actuellement devant la Cour suprême. Ils se sont plutôt concentrés sur les dossiers de la fosse du Labrador, une grande zone de gisements miniers, et de la route 138 au Québec (qui devient la route 510 à Terre-Neuve), des dossiers qui pourraient accroître le développement de leur économie respective, ont-ils dit.

 

 

« Bien sûr, on peut parler d’économie, on peut parler de camionnage, d’industrie, mais ne serait-ce que sur le plan touristique […] imaginez la possibilité de faire de façon fluide un grand tour de la Côte-Nord, Terre-Neuve, les Maritimes, revenir au Québec. Pour nos citoyens, c’est quelque chose de formidable », a affirmé M. Couillard en point de presse. Les travaux pourraient commencer dès 2018, a-t-il ajouté, précisant que l’objectif était de partager les ressources, pour les analyses géotechniques, par exemple, afin d’éviter les dédoublements.

Pour sa part, avec l’amélioration de la route 510, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador entend poursuivre la mise à jour d’une étude de faisabilité sur la construction d’un lien sous-marin entre le Labrador et l’île de Terre-Neuve, pour créer un nouveau corridor de transport, a indiqué M. Ball.

« Ce que nous voulons faire est de renforcer nos liens. […] La seule province avec laquelle nous partageons une frontière, c’est le Québec, et la relation avec elle est importante », a-t-il dit. M. Couillard a poursuivi en disant que le rapprochement avec Terre-Neuve, une province « voisine et amie », s’inscrit tout à fait dans la nouvelle politique d’affirmation du Québec.

Le Québec veut favoriser le dialogue, la compréhension mutuelle et les partenariats avec les autres provinces, dans le but de créer les conditions favorables à la reprise d’éventuelles négociations constitutionnelles. À terme, si le Québec obtient la reconnaissance souhaitée, il pourrait adhérer à la Loi constitutionnelle de 1982 et ainsi faire partie officiellement de la grande famille canadienne. La politique d’affirmation du Québec a été accueillie positivement, bien que sans grand enthousiasme, par les premiers ministres cette semaine, à Edmonton.

Source: Le Devoir